Mercura : zoom sur les signalisations des véhicules d’intervention en 2019

Les véhicules d’intervention bénéficient d’un statut spécifique qui fait qu’ils ont la possibilité de passer en priorité. Et pour que les usagers et les automobilistes puissent facilement les reconnaître, il a été décidé que ces quatre-roues et deux-roues présentent des caractéristiques particulières, notamment des signalisations lumineuses et sonores. Mercura est une société qui s’est spécialisée dans ce secteur. L’entreprise fournit, depuis plus de 20 ans, des équipements destinés aux véhicules prioritaires et de service. L’enseigne fabrique et commercialise diverses solutions en tenant compte de l’évolution du cadre législatif lié au fonctionnement de ces types de voiture.

Les équipements lumineux et les balisages sont toujours de rigueur

Si Mercura demeure le principal partenaire du ministère de l’Intérieur, de la gendarmerie nationale, des directions départementales de l’équipement, des collectivités locales et des sociétés d’autoroute, c’est parce qu’elle a su mettre en avant une valeur essentielle : la sécurité. En effet, la raison, pour laquelle les signalisations ont été conçues, est avant de renforcer la sécurité routière. Les consignes sont, pour le moment, inchangées en ce qui concerne les supports lumineux et les balisages. Comme le stipule l’IISR (Instruction Interministérielle sur la Signalisation Routière), les véhicules d’intervention, de travaux et de service doivent faire l’objet d’une signalisation spécifique. Les voitures doivent, par exemple, être équipées d’au moins un feu spécial (feu tournant, feu à décharge ou feu clignotant) ainsi que d’un panneau lumineux AK5 doté de 3 feux de balisage et d’alerte type R2 synchronisés. Il est à noter que les dimensions du panneau AK5 peuvent varier en fonction de la capacité du quatre-roues.

Des panneaux à messages lumineux variables peuvent venir renforcer les matériels lumineux. Les supports peuvent être des panneaux de danger ou panneaux de prescription, mais ils peuvent aussi signaler d’autres indications comme avec la flèche horizontale clignotante ou encore la rampe à défilement. En ce qui concerne les balisages, les véhicules d’intervention doivent aussi être dotés de bandes de signalisation adhésives. La loi spécifie que ces éléments doivent être visibles sur chaque côté, à l’avant et à l’arrière pour les bandes de signalisation horizontales rouges et blanches. Le législateur précise également que les bandes adhésives doivent être rétroréfléchissantes et faire apparaître le numéro d’homologation TPESC de la voiture.

Les signaux sonores ont évolué

Si la règlementation concernant les signalisations lumineuses des véhicules d’intervention n’a pas vraiment changé, celle sur les équipements sonores a évolué. Le fait est que les supports sonores se sont largement modernisés ces dernières années en intégrant de nouveaux composants technologiques. Actuellement, les quatre-roues et deux-roues prioritaires sont dotés d’avertisseurs électromagnétiques qui viennent remplacer les modèles pneumatiques. Ces nouveaux signaux sont pratiques puisqu’ils permettent d’améliorer la compréhension des signaux sonores du côté des usagers. Toutefois, pour plus d’efficacité, certaines voitures prioritaires sont équipées de sirènes multi-tons. En plus d’être plus faciles à installer, ces accessoires sont plus économiques. Par ailleurs, les dernières versions proposées sont pré-paramétrées par les fabricants pour émettre le signal sonore correspondant au type de véhicule d’intervention.